La forêt est-elle le poumon de la terre ?

La forêt est le poumon de la Terre ?

On entend souvent dire qu'à force de déboiser la forêt amazonienne, on va manquer d'oxygène. Mais le véritable "poumon de la Terre", c'est l'océan.
Le poumon est un organe qui assure le renouvellement du dioxygène (O2) et l'élimination du gaz carbonique (CO2) produit par la respiration cellulaire de chaque organisme. Or, justement, les végétaux verts produisent du dioxygène et consomment du dioxyde de carbone au cours de la photosynthèse. Voilà pourquoi l'on compare les forêts à des poumons.

Les forêts : O2 émis = O2 consommé

Mais de là à ce qu'elles soient le poumon de la Terre, c'est exagéré. Evidemment, les forêts produisent de l'oxygène. Mais elles en consomment aussi. D'ailleurs, si l'on compare les effets de la photosynthèse et les produits de la respiration des végétaux et de l'énorme biomasse des sols forestiers, les bilans production-consommation d'O2 et consommation-production de CO2 sont équilibrés.

Donc, contrairement à une idée reçue, les arbres et végétaux de la terre ferme ne sont pas les principaux producteurs d'oxygène. Bref, le titre de "poumon de la terre" ne revient pas aux forêts.

Les océans : réserve de plancton et de CO2 dissous

Qui alors est responsable du renouvellement de l'oxygène de l'atmosphère ? Elle en comporte 21% en volume tout de même ! Ce sont les océans. Pour deux raisons : c'est là que vit le phytoplancton, ou plancton végétal, formé de minuscules algues. Celui-ci constitue une biomasse bien plus importante que celle des forêts. C'est lui le premier producteur d'O2 et recycleur de CO2.

De plus, au rôle du phytoplancton s'ajoute la solubilisation du CO2 dans l'eau océanique et le piégeage de ce CO2 dissous dans les sédiments calcaires qui s'accumulent depuis des millions d'années au fond des mers.

Finalement, ce prestigieux titre de poumon de la terre revient aux océans. Donc protégeons-les bien sûr, mais que cela n'empêche pas de lutter contre la déforestation......Pour la forêt amazonienne, l'équivalant d'un terrain de football est détruit tout les quatre secondes, soit 159 km² chaque jour. L'oxygène n'est pas menacé, certes, mais la biodiversité, elle, s'étiole peu à peu.

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site